Bizutage : au nom des traditions
Bizutage : au nom des traditions
Bizutage : au nom des traditions
Bizutage : au nom des traditions
Bizutage : au nom des traditions
Bizutage : au nom des traditions

BIZUTAGE : AU NOM DES TRADITIONS

HUMILIATIONS ET VIOLENCES SONT-ELLES ENCORE D’ACTUALITé ?

32mn - Reportage

 Témoignages et images d'archives pour mieux comprendre ce phénomène

Résumé et informations

Information supplémentaire : Des images de ce programme peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs.

Toutes les grandes écoles françaises pratiquent depuis des décennies le bizutage : initiation rituelle des élèves de 1ère année afin d'entrer et être reconnus comme membres à part entière d'une grande famille. Mais voilà, les débordements humiliants, violents allant même jusqu'au crime dans le passé ont entraîné l'élaboration d'une loi en 1998 limitant ces pratiques. Qu'en est-il aujourd'hui ?

A l'ENSAM (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers), le bizutage s'appelle l'usinage. La transmission des traditions est intacte. Les anciens et les nouveaux la perpétuent volontiers dans une série de rituels très sophistiqués. Des cérémonies nocturnes sous forme de rites initiatiques doivent forger l'esprit des nouveaux. Ceux qui se soumettent sont fiers de la reconnaissance de leurs aînés et pensent qu'ils n'auront aucun souci à trouver du travail. Les méthodes sont vraisemblablement moins violentes qu'avant mais il reste des contestataires et surtout des "HS", des Hors-Services, considérés comme indignes de figurer parmi les initiés. Un professeur s'insurge contre ces méthodes.

A l'Ecole Nationale Militaire du Prytanée, il est plus difficile de se renseigner sur la forme exacte du bizutage actuel. En apparence, tout débordement est interdit. Mais impossible de savoir exactement la réalité de l'intérieur. Deux témoins, qui ont quitté l’école, dénoncent les intimidations et violences en cas de refus d'obtempérer. A tel point que l'un d'entre eux a porté plainte. Une plainte restée sans suite...

A l'EEIGM (Ecole Européenne d'ingénieurs en Génie des Matériaux), le bizutage y est plutôt bon enfant. Moqueries et légères humiliations. Les brimades pour ceux qui refusent d'obtempérer ne mènent à aucune violence.

Reste que dans toutes ces écoles celui qui ne se soumet pas à la loi du groupe sera évincé.

Mais jusqu'où ? Et à quel prix ? C'est ce que les deux réalisateurs de ce reportage essayent d'analyser aux travers de très nombreux témoignages et images d'archives.

TAGS

Sur le même thème : Société