Ajouter à ma sélection

LE TOUR DU MONDE DES ARTS MARTIAUX : INDONéSIE

LE KUNG-FU ET LES TIGRES DU SILAT

50mn - Documentaire

Résumé et informations

Le Penchak Silat signifie "combat éclair". Cet art martial est certainement influencé par certaines techniques indiennes. Comme dans le karaté, il est fait usage du combat sans arme. Cependant, le maniement d'armes indonésiennes est également enseigné. Les professeurs d'arts martiaux, appelés ici pendekar, recourent à des procédés d'autohypnose. Il existerait plus de 400 techniques de silat.

Il convient de préciser que le mot Kung-fu en chinois, n'a pas de rapport direct avec les arts martiaux. Il peut se traduire de différentes façons suivant le contexte. Mais on retrouve toujours les notions de temps (durée) et de maîtrise. Autrement dit, le Kung-fu dans son sens premier c'est un art qui demande des années pour être maîtrisé. Le mot désigne également la réalisation, l'accomplissement ou la volonté de l'homme, l'effort humain, la maîtrise d'un art. On dira par exemple d'un cuisinier très habile qu'il possède le Kung-fu. En fait, quand les occidentaux parlent du Kung fu, il s'agit plutôt du Wu-shu, mot chinois, qui signifie arts martiaux.

Après sa création en 1911, la République de Chine adopta officiellement le terme de Guo-shu, ou arts nationaux. Lorsque Mao Tsé Toung prit le pouvoir, en 1949, Chang Kai Tchek et ses partisans se réfugièrent dans l'île de Taïwan. La Chine Populaire décida par la suite d'employer le mot Wu-shu pour désigner les arts martiaux chinois. Voilà pourquoi, à Taïwan, on parlera de Kuo-shu, alors que les gens de Pékin utiliseront le terme de Wu-shu.

Programme disponible également sur 

TAGS

Dans la même série

Sur le même thème : Sports