Vodeo fait peau neuve !

Découvrez dès maitenant la nouvelle version !

Violences conjugales : la fin du silence

  •  1
  •  2
  •  3
  •  4

Structures d’aide au service des femmes battues

  • Durée : 1h32mn
  • Année : 2003

Resumé :

En France, une femme sur dix est victime de violences de la part de son conjoint. Peu à peu, les autorités et les associations tentent de briser la loi du silence, corollaire de ces situations. Ces professionnels mettent tout en œuvre pour que celles qui commencent à parler ne se retranchent pas de nouveau dans le silence, par peur ou culpabilité.

A Strasbourg, la Cellule de Traitement des Violences Intra familiales (C.T.V.I), rattachée à la police de proximité, interpelle les maris accusés. Elle s’efforce d’écouter les deux parties, de rassurer les victimes et d’amener, le plus justement possible, le conjoint à dire la vérité. De nombreuses confrontations se ressemblent. Les hommes se portent en victime. Les femmes, face à eux, se replient dans l’hésitation et la peur des représailles. La mission de la C.T.V.I est de les sortir de leur torpeur pour que des décisions de justice soient prises.

A Dunkerque, l'association S.E.D.I.R.E (Sécuriser, Ecouter, Dialoguer, Intervenir, Réactiver, Entreprendre) vient en aide aux femmes battues. Qu’elles se retrouvent seules, avec ou sans les enfants, chez elles ou dans un foyer d’accueil, toutes ressentent une libération immédiate après la rupture. Mais les cicatrices sont là. Et la confiance ne reviendra qu'après un long accompagnement.

En Belgique, l'association Praxis pratique des thérapies de groupe avec des maris violents, en instance de jugement, à des fins de prévention. Seuls quelques hommes reconnaissent qu’ils réagissent violemment : "ce sont des pulsions", disent-ils et regrettent souvent après la réclusion.

Alors, pardonner et reprendre le cours de la vie conjugale ? Malheureusement, bien souvent la spirale de la violence se remet en route.

Ce reportage donne la parole à ces professionnels de la détresse conjugale, aux femmes battues et à leurs maris. Et met en lumière des souffrances trop longtemps cachées.

3.2 6

Vos avis :

  •  1
  •  2
  •  3
  •  4
donner votre avis
Suivant  / 3
    •  1
    •  2
    •  3
    •  4
    coco 27/10/2009
    même , séparés, ces hommes ont un besoin de possession, de domination. Le mien, n'ayant jamais fait de mal physique à notre enfant, je n'ai pu me résoudre à lui faire suprimer son droit parental, alors ça fait déjà presque 3ans qu'il règne toujours en maître près de moi. U enfants aime d'un amour vrai leur deux parents et une mère a peu de moyen d'action.Nous ne sommes absolument pas protégéés contre la torture morale qu'ils opèrent à travers leurs enfants. Ils sont, présents, juste à coté .Cure de désintoxication d'alcool quand ils savent qu'ils ont été trop loin devant témoin, ils reviennent en forme pour casser LEUR FEMME ...
    •  1
    •  2
    •  3
    •  4
    ambres57 21/01/2007
    moi meme étant passée en correctionnel aprés avoir eu 10 jrs d'itt, ( de la part de mon ex compagnon) j'en ressort écoeurée de voir le juge dire à mon agresseur : j'espère que vous prendrez soin de votre nouvelle amie et de votre bébé ...!!!!que dire aprés ça ! alors qu'on m'à tout juste écoutée qu'on lui mets 6 mois avec sursis et que mr fait encore appel...et nous dans tout cela !!!!que devient ont ? notre corps et notre coeur sont déchirés à jamis mais la justice ne s'en préoccupe guère!! et devrait prendre exemple sur l'espagne qui à 1 tribunal Spécial Femmes battues BRAVO
 
Suivant  / 3
  • Top des ventes
  • Coups de coeur